“Conversation Company”, avant tout une question de culture, de personnes, et de social media. Retour sur le lancement du nouveau livre de Steven Van Belleghem.

C’était cette semaine le lancement du nouveau livre de @steven_insites. J’y étais (loin d’être le seul d’ailleurs, avec 350 personnes venues l’écouter, 700 attendues sur l’événement dans sa globalité) et je dois dire que j’ai vraiment apprécié les vues synthétiques et le message de Steven.

Faire confiance aux talents dans nos entreprises
Nous devons, dans nos entreprises, accorder notre confiance dans les talents et les forces des collaborateurs. Ce sont eux les acteurs réels de nos entreprises. Pas un community manager, pas un logo. Il faut une marque avec des morceaux de vrais gens dedans.

Valeurs et culture
Le point de départ du point de vue de Steven est principalement lié aux valeurs de l’entreprise. Celles-ci s’articulent autour d’une culture très orientée client.
Point intéressant au surplus: la culture, ce n’est pas une question de fun, c’est surtout une question de consistance.

Steven a donné tout au long de sa présentation de nombreux exemples concrets. Ce qui à mon sens fut la réelle force de celle-ci. Sur la consistance, l’exemple de Colruyt m’a évidement beaucoup parlé: Colruyt, une entreprise entièrement focusée sur l’efficience et dont les collaborateurs reçoivent un popup leur demandant s’ils veulent réellement envoyer un email lorsqu’ils l’adressent à beaucoup de destinataires. Exemple dont devraient s’inspirer beaucoup d’entreprises d’ailleurs.

La culture, au-delà du nom de l’entreprise donc. Et de reparler de l’exemple de Belfius à propos de laquelle la réelle question n’est effectivement pas le changement de nom mais bien de savoir si l’entreprise elle-même a changé… La culture et ses ambassadeurs, les Ekin de Nike, ses Brand Evangelists. Read more

Pour en finir une bonne fois pour toute avec ces histoires de générations.

Je ne suis pas caractérisé par mon âge. De tout temps chacun d’entre nous a appris d’un autre plus jeune ou plus agé, et la sagesse ne venait pas toujours du même côté. Ce qui nous caractérise c’est notre manière de voir le monde, ce sont les actions qu’on y pose. Pas notre âge.

Je me sens plus proche de la vieille dame qui souriait l’autre jour dans le métro. Je suis dans la même communauté que ce bébé qui crie de joie. Je plussoie très souvent la pertinence et l’impertinence des réflexions des pré-ados de 10 ans. Les difficultés des étudiants à collaborer et à se connecter étaient les mêmes avant internet. Elles sont restées les même. Une question d’attitude, de plaisir, de fun, de reconnaissance. Les outils n’ont rien changé. Ils sont juste un levier. Une opportunité.

Je crois aux groupes psychografiques, un nombre d’individus qui partagent le même état d’esprit, certains traits de personnalité, des valeurs, des attitudes, des intérêts, bref, un style de vie.

Il y a tellement de jeunes vieux à secouer. Tellement de vieux jeunes à découvrir. Tellement de kids à intégrer dans les comités de direction. Tant de profs plus vieux que leurs ainés, tant d’ainés qui devraient toujours donner cours. J’en ai marre de voir ces jeunes qui ne veulent pas travailler. J’en peux plus de voir ces “vieux” qui voudrait pouvoir.

Je veux me connecter à des personnes de ma généraCtion. Car notre connectivité génère de l’action.

Une génération C qui se Connecte, Co-Crée de la valeur, se Concentre sur un Contenu Créatif, Collabore, Communique, Change, Croit en la valeur des Communautés, en leur Capacité de Co-définir un futur…

Ce n’est pas nouveau.  On en parle, on en parle (merci @happy_laurence pour le lien). Et pourtant toutes nos politiques, notre enseignement, nos manières de catégoriser les choses sont toujours basées sur l’âge…

Ca vous parle? Et vous, quel serait votre C?

Et si on en Co-définissait un manifesto?

Vous ne voyez pas les choses telles qu’elles sont. Vous les voyez tel que vous êtes.