Enterprise 2.0 Summit 2013.

Je serai au Enterprise 2.0 Summit 2013 à Paris les 20 et 21 mars 2013. Ce sera l’occasion de faire le point sur l’état de la Social Enterprise et d’en parcourir les challenges stratégiques et les facteurs de succès dans le trajet de changement enthousiasmant mais nécessaire qu’elle nécessite.

Beaucoup de thèmes seront consacrés à l’approche de transformation de l’organisation. L’important n’étant plus aujourd’hui d’approfondir ce que peut signifier la Social Enterprise pour l’organisation, mais bien d’aller plus loin dans la définition des projets et des objectifs à fixer, dans l’appréhension des challenges culturels, du type de change management, du développement de nouvelles aptitudes, des valeurs nécessaires et de la culture qui en nait, du ‘future leadership’ et du modèle d’organisation,…  Soit, sur beaucoup de sessions, de l’importance du rôle des RH pour répondre à un enjeu crucial: “Comment générer plus de collaboration et de participation” (ndlr. Propos d’ailleurs auquel se propose de répondre 99possums.com que nous venons de lancer avec @davidv).

Une session attire particulièrement ma curiosité cette année: celle consacrée à la neuroscience cognitive et sa perspective sur l’intelligence collective. J’ai hâte.

J’aurai par ailleurs l’honneur d’animer une session consacrée au visual design thinking as change management method.
D’où ma question: Quels sont pour vous les principaux avantages du design thinking dans un trajet de changement?

On se voit à Paris?

UPDATE : Use the code “meetup10” to register. This code will you provide a 10% discount on tickets ordered.

99possums est né!

Lorsque j’étais enfant j’ai lu un livre merveilleux de Frank Tashlin, “L’opposum qui avait l’air triste”. Je crois que ce livre m’a accompagné longtemps. Il m’accompagne encore. Et crée quelque chose aujourd’hui…

“The Possum that didn’t”book, titre original de ce petit livre de 1950 raconte l’histoire d’un opposum épanoui dans l’environnement qu’il s’est choisi. Il aborde un large sourire mais le fait qu’il se tienne la tête en bas est trop pour le manque d’empathie des hommes qui le croisent et se mettent en tête de le rendre heureux à leur manière… sans lui demander ce qui est important pour lui, sans lui demander comment il voit les choses. Persuadés qu’il y réussissent, ils dégoutent l’opossum qui quitte le monde qu’ils lui avaient imposé.

Une belle analogie du monde du travail sans nul doute: Read more

The Social Enterprise. Business and People Business Architecture.